Le cours de chant

       buddha-1128434_640Mon but essentiel est de vous faire connaître le plus grand bien-être de chanter, ceci en mettant l’accent sur la technique de la voix et son application concrète dans toutes les situations de chant. On dit que la voix est le haut-parleur de l’âme. Le rôle du professeur est de mener l’élève jusqu’à cette autonomie.

           Devenir autonome  n’est possible, j’insiste là-dessus, que si l’on a des exercices efficaces pour développer sa technique de chant et qu’on les pratique régulièrement pour créer une mémoire musculaire et une mémoire de localisation des vibrations . Cela peut avoir l’air bien mystérieux, mais pas tant que ça, notre oreille est là pour nous guider, et l’acquisition de cette technique nous permettra de chanter tout naturellement, sans y penser.

           Les exercices dont je parle ne sont pas de simples vocalises, même si certains peuvent y ressembler. Ce sont des techniques pour exercer essentiellement nos cordes vocales et nos résonateurs mais aussi la stabilité de notre air. Le rôle du coach est de faire comprendre à quoi servent ces exercices dans le geste du chant et ce qu’ils permettent de mettre en place comme facilité et comme musicalité.  

         Deux des professeurs qui ont croisé mon chemin  ont mis l’accent sur une technique, utilisée dans le Bel Canto mais qui  sert bien entendu quel que soit le style musical. Elle est primordiale à mon avis pour chanter sainement.

         Mais c’est bien plus que ça. Musicalement, elle permet un meilleur un mélange des harmoniques propres aux différents résonateurs, un meilleur développement et un contrôle de son timbre en même temps qu’une meilleure gestion du souffle et des cordes vocales.

          Si je vous donne tous ces points techniques, c’est qu’en fait son principe et son application reposent sur un principe très simple, celui de ne pas « pousser », ne pas « forcer » car c’est nuisible aux cordes vocales et à la musicalité. Le problème est que souvent on n’a pas l’impression de forcer parce qu’on ne chante pas très fort ou très aigu. Le « forçage » n’est pas une question de volume. On arrive à développer la puissance de sa voix grâce justement à une bonne technique , en utilisant très peu d’air…                                                                                                                                                                                                 Rassurez-vous, si jamais vous étiez inquiets,  vous n’aurez pas besoin de faire du chant lyrique pour tirer tous les avantages de cette technique, et si vous vouliez en faire vous auriez tous les atouts pour cela. Dans le geste du chant, c’est ce qui m’a permis, quand j’en ai eu connaissance, d’avancer d’une façon décisive.

          Ainsi, en quelques mois, en quelques semaines même, des résultats tangibles et encourageants apparaissent. Les exercices que je fais et que je fais faire sont souvent déconcertants, mais redoutablement efficaces. Vous pourrez chanter dégagés de toute appréhension, et aussi en conservant votre santé, celle de vos cordes vocales en particulier. Quoi demander de plus ?

             Je remercie sincèrement toutes les personnes qui m’ont permis d’accéder à cette approche du chant, en particulier le très pédagogue Allan Wright qui m’a accompagné au tout début et dont  l’approche du Chant est tout à fait remarquable.

          Je vous invite à vous lancer vous aussi dans cette aventure, chanter avec facilité, de la façon dont vous rêvez, et même au delà …

 Si vous avez 5 mn à me consacrer, cliquez et répondez à ce petit sondage. Merci d’avance !!

Michel Etcheverry